Nouvelle forme de vie jamais vue sur Terre, mais forme de vie non extra-terrestre…

Il fallait que vous fasse part de cela, ça a quand même failli être une nouvelle (vraiment) hors du commun…

La NASA avait promis une annonce de dingue et beaucoup s’attendaient à un truc venant de l’espace… Petit gris en route pour nous asservir, météorite géante percutant la Terre dans 3 jours, ou encore vestige d’une civilisation inconnue sur une planète du système solaire…

Rien de tout ça rassurez-vous mais quand même un truc vraiment dingue. La NASA a découvert une forme de vie encore jamais vue sur Terre….

Avant tout, toute la vie sur la terre se compose des 6 éléments suivants : Carbone, hydrogène, azote, oxygène, phosphore et soufre. De l’arbre dans votre jardin, à l’oiseau qui est dessus… du moindre insecte, à votre chat, en passant par les virus qu’il trimballe sans oublier votre poisson rouge ou encore les bactéries dans la salive de votre belle-mère et votre belle-mère elle-même !! (Qui, vous en êtes sûr, vient déjà d’une autre planète)

Une nouvelle forme de vie sur Terre, c’est pas une vie extra-terrestre, on est d’accord ?

Mais tout est remis en cause suite à la découverte de Felisa Wolfe-Simon qui a trouvé une bactérie au fond du lac Mono en Californie, capable de s’adapter à un environnement saturé en arsenic, allant jusqu’à changer la structure. L’armature connue de l’ADN est composée de sucre et de phosphate (oxygène+phosphore) (merci wikipedia). Mais ici, la bactérie baptisée GFAJ-1 remplace les atomes de phosphores par de l’arsenic.

Les scientifiques ne pensaient pas cela possible car le remplacement du phosphore par autre chose (arsenic ou autre) n’était pas stable pour l’ADN et détruisait les cellules. C’est donc un genre de “nouvelle forme de vie”, composée de carbone, hydrogène, azote, oxygène, arsenic et soufre… qui vient d’apparaître dans les éprouvettes de la scientifique.

Alors bien sûr, avant les tests de Felisa, la bactérie fonctionnait avec du phosphore (normal quoi), donc ce n’est pas vraiment la découverte d’une nouvelle catégorie d’êtres vivants sur Terre mais ça remet en cause beaucoup de choses. Si la vie peut se développer avec d’autres atomes, peut être existe-t-elle sur d’autres planètes aux conditions et aux éléments différents des notres. Il faudrait maintenant trouver sur Terre, des bactéries dont l’ADN fonctionne depuis toujours à l’arsenic (ou à autre chose…) et pourquoi pas ensuite sur d’autres planètes…

 

Donc, bon tout ceci est donc à relativiser même si c’est clairement excitant (chacun son trip hein…). Mon intime conviction ? Qu’à l’échelle de l’univers, la vie pullule. On n’a juste pas encore regardé sous tous les cailloux…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *